Archive

Archive for the ‘Humeur’ Category

SNCF ou comment ne plus avoir envie de prendre le train !

Ce matin je me réjouissais de partir enfin en vacances… Travaux d’appartement terminés, clients contents et comptabilité bouclée… Mais ce matin je ne savais pas que la SNCF pouvait d’un seul coup saper mon moral au beau fixe !

J’arrive donc Gare Montparnasse avec mon petit billet à 91 euros et en tête la place fenêtre que je m’étais réservée pour rêvasser en voyant défiler le paysage…

Mais voilà la place fenêtre est en fait un strapontin! Situé dans un Wagon vétuste et sale… Tellement sale que l’on a même pas envie de s’assoir !!!

C’est ce qu’on appelle le service à la Française… Tu payes cher pour rien… Prochaine fois au lieu de me gâcher le départ je prendrais la voiture, je polluerais avec plaisir et délectation et je n’aurais pas à supporter ce tas d’ordure appelé TGV! 

 Et bien sûr ils peuvent compter sur moi pour une demande de remboursement avec photo à l’appui…

Allez bonnes vacances à tous et pour ma part ça ira mieux dans 5 heures;-)

Publicités
Catégories :Humeur, Trains, avions,... Étiquettes : , , , ,

Le « brunch » selon Air France en classe Eco Premium…

C’est en voyant arriver ce matin mon plateau « brunch » Air France que je me suis dit « pourquoi pas » émettre une opinion toute subjective avec à la fois une photo très réaliste de ces fameuses pauses gustatives auxquelles nous avons droit (et que nous payons d’ailleurs) lors de nos voyages.

Donc me voici sur un Paris -> NYC en Eco Premium… Hummm c’est l’arrivée du plateau « brunch » avec au choix pour le plat chaud : crêpe aux champignons avec béchamel ou pudding a l’ananas et aux pommes… J’opte donc pour le pudding…

Son petit nom : Acapulco Ananas Framboise… Alléchant non ?

Allez j’ouvre vite le petit opercule métallique pour découvrir cet Acapulco !
Le voilà:plateau-repas-airfrance-ecopremium.jpg

Comment ça mon Acapulco ne vous fait pas rêver ? en même temps que dire de cette sorte de quatre quart gras collant bien scotché à sa barquette avec 2 framboises d’un côté et 3 micro-lamelles d’ananas de l’autre… Et une purée pomme/ananas dont la texture est assez bizarre…

Pour le reste du plateau; vous reconnaissez tous le jambon bas de gamme style caoutchouc et du fromage du même acabit ce qui prête quand même à sourire pour une entreprise qui porte haut (même très haut) le drapeau Français.

J’ai entendu dire, que la restauration sur les moyens et longs courriers Air France avaient évoluée en mieux. Force est de constater que ce n’est absolument pas le cas même en Eco Premium la seule différence pour le repas se situe au niveau de la matière des couverts et du verre… Et oui la définition du mot premium m’a échappé dès mon arrivée dans la cabine… Car il y avait sur la moquette un petit vomito mal nettoyé !!
Preuve à l’appui:

20131216-110254.jpg

Chère compagnie aérienne ce serait sympa de donner à vos clients un truc très simple mais mangeable dans un environnement si possible propre…. Là je dois le dire haut et fort l’eco Premium d’Air France c’est cher et ce n’est pas la classe ;-(

Les Anooki; une création ludique en contrepied avec les nouvelles directives de l’éducation Nationale !

Depuis quelque temps ces drôles de créations, que sont les Anooki, me sautent aux yeux… Ces petits personnages sortis de l’imaginaire de l’agence de création intéractive Lyonnaise Inook font parler d’eux et j’ai à mon tour envie d’en parler… Une campagne de communication visuelle, sans prétention qui fait souffler un petit air de légèreté au milieux des grosses agences aux DA fatigués; devrais-je dire à bout de souffle !

Même si la saga des Anooki a commencée bien avant mon premier coup d’œil… Le premier de mes regards s’est porté sur cet habillage habile de la gare de Saint Paul à Lyon pendant la fête des lumières ; je l’ai trouvé drôle me rappelant quelques vrais dessins animés d’une autre époque et même si mon étonnement a été soulevé lorsque cette réalisation, assez simpliste, a reçu le suffrage du public avec le « Trophée des lumières » ; je suis restée à l’écoute du futur de ces petits personnages.

Les Anooki agitent la gare Saint Paul : http://www.dailymotion.com/video/xvdw5o_les-anooki-agitent-la-gare-saint-paul_creation

Alertée par une image diffusée sur Facebook ; celle des Anooki remplaçant l’iPhone et étant tripotés avec amour par Steve Jobs…

Steve Jobs & Anooki

Et même si j’ai trouvé ce nouveau paragraphe de vie de ces petites créatures  un peu redondante et bling bling ; j’ai souris en les voyant squatter les lunettes de Karl Lagerfeld

Karl Lagerfeld & Anooki

ou encore la moustache de Salvador Dali.

Salvador dali & Anooki

Mais voilà depuis le 2 septembre ; c’est avec grand plaisir, et une joie inavouée au moment où l’éducation nationale supprime quelques paragraphes de l’histoire de son programme; et donne loisirs à de nouvelles générations de vivre dans un niveau d’inculture en progrès (excusez du peu ; mais c’est un constat international !) les Anooki sont de retour et ils frappent fort (en douceur quand même, car je ne sais si la programmation de cette micro-série était prévue en fonction de l’actualité)…

Le projet de l’agence semble s’inscrire sur 365 jours… Mais c’est un projet… Une série TV qui parle de l’histoire ?!? Nous n’en avons pas eu depuis l’époque de la série « Il était une fois… l’homme » : http://www.youtube.com/watch?v=oNURUGCOQ5I

Certes cette mini-série de l’agence Inook qui nous rappelle des petites & grandes dates oubliées n’a pas la prétention (et je l’espère) de remplacer les futures pages blanches des livres d’histoires de nos bacheliers Français. Mais elle peut aiguiser une curiosité mise à mal par un système scolaire plus que défaillant…

Se rappeler que le 2 septembre 1894 c’était la 1ère fête du travail (Labor Day) aux Etats-Unis…

Les Anooki – épisode du 2 septembre http://www.dailymotion.com/video/x143gh3_les-anooki-episode-du-2-septembre_fun?start=0

Ou que le 3 septembre 1189 c’était le couronnement de Richard Cœur de Lion à Westminster : Les Anooki – épisode du 3 septembre

http://www.dailymotion.com/video/x143h6s_les-anooki-episode-du-3-septembre_fun

Ou encore que le 4 septembre 1822 était le jour de la Déclaration d’indépendance du Brésil : Les Anooki – épisode du 4 septembre

http://www.dailymotion.com/video/x1449h0_les-anooki-episode-du-4-septembre_fun

N’a très certainement que peu d’intérêt pour notre nouvelle génération qui préfère se rappeler que le 2 septembre  1964 Keanu Reeves devenait le héros de Matrix ; le 3 septembre 1875 la Naissance de Ferdinand Porsche ou encore le 4 septembre  1972 l’invention de  Pong le premier jeu vidéo….

La saga dure jusqu’au 8 septembre et constatant le mal que se donne les chaînes TV pour diffuser des programmes ayant subit une chirurgie esthétique peu attrayante … Certaines, comme Canal +, auraient peut être dû se laisser inscrire dans l’histoire des Anooki si la saga avait commencée quelques jours plus tôt en inscrivant la diffusion du 1er Le Grand Journal de Canal + le 30 Août 2004 dans leur histoire, et en laissant la place à une vraie innovation et pourquoi pas en y insérant un épisode journalier des Anooki… peut-être un peu étoffé…

Les Anooki.. C’est à voir… c’est sans prétention… ça dure une minute par jour… et ça ramène parfois à des dates plus importantes que celles que les médias du jour vous donnent à lire ou à voir… Ou alors tout simplement cela nous ramène à quelques souvenirs d’enfance…

Pour en savoir plus sur les Anooki : http://www.anooki.com/

Pour en savoir plus sur l’agence Inook : http://www.inook.com/

À très bientôt pour de nouvelles découvertes.

STP

Avis aux amateurs ! La plus mauvaise salade César du monde est au Café Charlot à Paris. Courrez-y, c’est effrayant !

Café Charlot, rue de Bretagne, Paris

 

 

Tous les parisiens le savent quand on va au Café Charlot, rue de Bretagne dans le Haut Marais; c’est pour l’ambiance ; voir, être vu, boire un verre, deux verres, prendre le soleil, croiser les petites vedettes françaises et les mannequinos pendant la Fashion Week… En gros le café Charlot c’est un petit mélange de beautiful (ou pas) people, de looks, avec ce « je ne sais quoi » d’ambiance qui manque tellement dans les cafés parisiens qu’à certains moments on se croirait (presque) à New York avec quelques Hipsters made in SoHo aux tables alentours…

Au café Charlot on y boit un Chablis, correct mais pas divin, à un prix divinement élevé. On a plaisir a déguster des petites sardines espagnoles en boîtes (d’une jolie marque à prix d’Or) ; ça fait « In », c’est cher et ça fait partie de l’ambiance… Quand ils ont dépassé le deuxième verre, la plupart des clients optent pour le burger qui est certainement le plus gros succès des lieux… En gros au café Charlot c’est moyennement correct et on paye une ambiance chère (à nos cœurs ;-))…

Mais voilà quand on y va souvent on se dit que faire une variation culinaire ne serait pas de refus… Et là tout peut basculer.

Je commande donc une César Salade au poulet. Je ne m’attends pas à LA César Salade du siècle, mais bon de la salade fraîche (sous plastique), quelques lamelles de blanc de poulet (un peu sec), des croutons (comme ceux qu’on achète au supermarché), quelques copeaux de parmesan pour faire style et la fameuse sauce César toute prête que l’on trouve partout… Mais que Nenni mon attente c’était déjà du 5 étoiles. Je rêvais de trop, ou mon optimiste était trop débordant ; Car la César Salade au Poulet du Café Charlot c’est ça :

Salade César au poulet-café charlot, rue de bretagne Paris

Non non, vous n’hallucinez pas ! ça a l’air infâme non ? Et bien oui, je vous confirme c’est lamentable… Mais la suite de l’histoire l’est encore plus…

Car même si je suis capable de boire des pots un peu chers, grignoter des sardines tendances hors de prix pour profiter de l’ambiance ; je ne suis pas prête à manger de la M—- à plus de 15 euros.

Comme vous le voyez sur la photo ; les croutons sont graisseux, le poulet a été remplacé par un truc reconstitué et gélatineux, la sauce César par une couverture de mayonnaise bon marché genre label premier prix de chez Metro… Enfin je ne parle pas de ce qui a été étouffé sous ce truc style poulet et qui devrait ressembler à de la salade.

J’appelle donc le serveur gentiment et lui demande où est le poulet… Il me dit c’est « ça » en me montrant le truc reconstitué… je lui réponds donc que « ça » c’est du reconstitué avec des produits chimiques et de la gélatine et je reformule donc ma question avec le sourire en lui redemandant où est le poulet ?… Et avec sourire il me réponds c’est « ça » encore une fois… Je lui demande donc à voir la « bête » en cuisine et là : grand blanc il va chercher la responsable… Un grand moment… car il a même fallu hausser la voix pour faire repartir cette immondice en cuisine… La responsable le reconnaît le patron confond « daube reconstituée » et « poulet » ; mais il ne souhaite pas changer… Et OUI la marge que voulez-vous !… Mais quand on voit l’addition sans la fameuse César Salade repartie en cuisine… la marge est bien là :

Addition-Café Charlot, rue de bretagne paris

Un jour le patron aura perdu ses fidèles clients… Mais que voulez-vous à force de nous prendre pour des charlots ce ne sera que juste retour des choses…

Les critiques de cinéma & La Dame de Fer

Pour une fois, je me suis mise à lire les critiques après avoir vu le film; et les bras m’en sont tombés…

Car non les critiques ne critiquent pas le film, ni même l’axe choisit pour parler de Margaret Thatcher, mais ont bien du mal à comprendre ce film qui se focalise su la Femme plutôt que sur la politique Anglaise !

L’angle choisit par la réalisatrice est la vie d’une femme de pouvoir… en s’appuyant sur ce qu’elle est aujourd’hui une femme âgée comme les autres ; dont l’esprit s’évade et parfois la rappelle vers le passé.

Mais voilà les critiques, qui à mon humble avis sont des réalisateurs avortés pour la plupart, se contente de critiquer justement le sujet même de l’œuvre qui ne plaît pas à ces messieurs (80% des critiques sont des hommes) ; à croire qu’il y a une part de misogynie dans cet ensemble de critiques… ou bien juste la peur de voir dans un effroyable personnage historique la part des sentiments.

Thomas Sotinel déclare dans Le Monde que le film ne dit pas clairement pourquoi Margaret Thatcher choisit la voix de la politique plutôt qu’un travail avec son diplôme de chimiste ? Il me semble que notre critique a dû s’endormir un long moment ; puisque l’on voit à maintes reprises l’admiration que Margaret Thatcher vouait à son père très engagé politiquement… En gros elle a suivi les traces de son père… Mais cela a l’air de dépasser notre critique.

Par ailleurs, il reproche au film de ne pas s’attarder sur les grands conflits Anglais… Et là notre critique est hors sujet ; car le réel sujet du film est la femme ; bien plus que le colosse politique qu’elle était. Enfin, c’est à Meryl Streep qu’il reproche de concentrer son énergie sur le processus de vieillissement… Mais Meryl Streep pour rappel n’est en rien la réalisatrice du film et a été dirigée par un Phyllida Lloyd à qui revient ce choix de mise en scène.

En gros cette critique ne parle pas du film ; mais de ce que le critique aurait eu envie de voir sur la politique de Margaret Thatcher. Dommage.

La critique de Yann Tobin sur Positif enchaîne sur le fait que le film a un « niveau zéro sur le baromètre de l’intérêt historique et politique » ; et là je ne suis pas tout à fait d’accord ; même si notre génération (les plus de 38 ans) ont vécu en temps réel le règne de la Baronne Thatcher… Les plus jeunes générations ne l’étudie même pas en cours d’histoire ; et à ce niveau là – pour avoir été accompagnée d’un jeune de 17 ans lorsque j’ai vu La Dame de Fer-  je suis d’un désaccord profond ; car lui du haut de ses 17 ans ne savait même pas qu’il y avait eu des émeutes si violentes en Angleterre pendant cette période… Donc voilà encore une critique très subjective qui ne sait pas faire preuve d’une once d’empathie…

Pascal Mérigeau du Nouvel Obs déclare quant à lui « La Dame de Fer livre une évocation qui n’est que sentimentale et dont les idées sont furieusement absentes. » ; nous voilà donc au cœur du problème qui divise les critiques sur ce film : les sentiments ! Ce qui dérange tant ces critiques c’est bien le fait que la dame de fer soit montrée sous cet angle-là… Quant à dire que cela va réhabiliter Margaret Thatcher ; là messieurs il faudrait quand même que vous visualisiez le film une seconde fois, et que vous vous ouvriez justement aux sentiments ; car elle apparaît bien tyrannique, parfois plus froide que de la glace,…

À Louis Guichard de Télérama, j’ai envie de répondre à cette question issue de sa critique : « Quel intérêt de raconter sous l’angle de l’attendrissement la trajectoire d’une femme politique implacable, pionnière en Europe d’un libéralisme humain ? » L’intérêt est grand, Monsieur Guichard, de montrer aujourd’hui que les monstres politiques sont des êtres humains comme les autres. L’être politique n’est pas un être supérieur ; c’est aussi une leçon d’humilité que nous donne ce portrait de femme. Humilité qui semble furieusement manquer à nos critiques de cinéma !

Pour ma part je conseillerais aux parents d’emmener leurs enfants… Car en toute sincérité les livres d’histoire qui sont étudiés en cours sont encore plus pauvres sur cette période que ne l’est le film lui-même.

 

Humour de crise ou humour en Crise ? La Crisebox divise les opinions.

Le blog Golem13.fr fait encore parler de lui. Après s’être fait remarquer avec son plagiat des images paninis « Présidentielle 2012 » au demeurant très drôle ; c’est avec une parodie des incontournables coffrets-cadeaux de type Smartbox qu’il revient sur le devant de la scène.

Toute la presse en parle ; Le Monde, Libération, Gizmodo, iTélé,…

Et il est vrai que cet humour décapant fait parfois grincer des dents. Adepte de l’humour jaune, voir noir ; je suis restée personnellement sceptique face à ces Crisebox. Même si elles reflètent, alertes et mettent en avant les problèmes de la société d’aujourd’hui ; Les Crisebox aux noms très bien choisis : « une consultation chez un généraliste », « 2 jours de viande pour toute la famille », « 1 plein d’essence », « Un travail pendant 5 jours / 4 nuits »,… me laissent perplexe.

Il est important de préciser que cette parodie est extrêmement bien exécutée d’un point de vue graphique et conception et reprends tous les codes Marketing qui ont fait le succès des autres Box du genre…

Il plane tout de même autour ce « joke » une sorte de grand malaise ; il suffit de lire les commentaires liés aux articles publiés pour s’en rendre compte.

Je ne sais si ce qui me dérange le plus est la façon dont les médias ont parlé de ces Crisebox d’une façon légère et tout sourire comme iTélé (excepté Le Monde qui a conclu d’une façon assez délicate) ; ou si cela vient du fait que l’humour basé sur la misère m’écoeure un peu. Avant de me faire une opinion finale, je me suis posée deux questions :

– Golem13.fr avait-il une intention bien précise ou voulait-il faire passer un message au travers de cette parodie ? : J’ai donc contacté le blog afin d’en savoir plus ; mais je n’ai reçu aucune réponse de leur part…

-Comment les personnes les plus démunies ; sans emploi, chauffage et qui n’ont plus les moyens de manger certains produits frais ressentent cette campagne ?

Mes questions restent sans réponse et mon avis oscille sur cette parodie et aussi sur la façon dont les médias ont traité le sujet. Mais n’hésitez pas à me faire partager votre ressenti dans les commentaires.

Bien sûr si le site Golem13.fr venait à me répondre ; je vous informerais de celle-ci immédiatement.

Catégories :Humeur, Humour Étiquettes : , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :