Archive

Posts Tagged ‘exposition’

Vous avez raté Yayoi Kusuma au centre Pompidou… Offrez-vous une escapade à la Tate Modern de Londres.

Comme bien d’autres Parisiens qui ont pris l’habitude de se vanter de tout ce que cette belle capitale nous offre en termes de culture et de loisirs… Je me suis vue emportée par le tourbillon de la vie et ai loupé l’exposition de Yayoi Kusuma qui se tenait au centre Pompidou… Mais voilà Londres est à 2 heures de paris; et Eurostar offre des tarifs attrayants toute l’année.

Plus connue pour sa période petit pois, ses installations phalliques et son art environnemental ancré dans l’avant-garde new-yorkaise. Yayoi Kusuma est avant tout une artiste obsessionnelle. L’exposition chronologique de ses œuvres est étonnante ; car on sent de salle en salle cette inlassable frénésie de créer et d’amonceler dans toutes ses œuvres. Que ce soit ses amalgames de vignettes autocollantes, ses nouvelles peintures aux formats carrés débordantes de motifs répétitifs, le tout débordant de couleurs vives ; aucune de ses œuvres ne laisse insensible. La surprise est au rendez-vous et l’œil se réveille vite !

Je l’avoue après avoir parcouru tous les articles de presse suite à l’exposition de Pompidou; je ne pensais pas que cette exposition puisse me surprendre autant… Et voilà je me suis retrouvée dans ce « Mirror rooms » et me suis senti dans un coin du paradis… ou au cœur d’un petit printemps éternel dont on ne veut plus sortir. Il est étonnant de voir ce que cette prolifération de formes, de couleurs, de mouvements peut laisser comme impression…

Il y a aussi ce documentaire où elle s’exprime sur son enfance, l’interdiction de ses parents très conservateurs qui la prive de dessiner… Et l’on comprend entre les mots, qu’elle rattrape toutes ces privations encore et toujours. S’arrêter au fait qu’elle vive dans un institut psychiatrique comme le mentionnent beaucoup d’articles dès leur introduction est plus que réducteur…. Car, dans son discours, on le comprend, elle se fait dévorer par ses visions, elle les conceptualise et par cette surveillance d’elle-même a réussit à trouver un équilibre entre sa passion et continuer son œuvre le plus longtemps possible pour le plaisir de nos yeux.

Il ne fait aucun doute qu’un petit tour par la Tate Modern de Londres s’impose ; car nous n’avons pas la chance tous les jours de voir une telle rétrospective d’une artiste toujours bien vivante, passionnante,…

À noter que si vous passer la journée à Londres ; deux autres expos ont elles aussi, retenu toute mon attention; la première se tient jusqu’au 15 avril à la Saatchi Gallery; elle a pour thème l’art contemporaine Allemand ; où j’ai eu pour la première fois le plaisir de voir les œuvres d’Isa Genzken (connue du grand public pour ses fleurs monumentales) et de découvrir un sculpteur dont les statues m’ont subjuguées Georg Herold.

Autre style et autre univers pour le White Cube jusqu’au 12 mai, qui nous présente le dernier travail de Gilbert & George ; une continuité dans leur travail qui s’enrichit d’un fond très typographique et de messages fort… À ne pas rater pour les passionnés de ces deux artistes.

Malheureusement à Londres comme ailleurs le temps file très vite et je n’ai pas pu aller à la National Portrait Gallery qui présente jusqu’en octobre 2012 une exposition très intéressante de l’œuvre de Lucian Freud… Qu’à cela ne tienne j’y retournerais et vous ferais un petit compte rendu de cette expo…

 

Publicités

L’expo Tim Burton… Un univers qui va vous emporter !

J’ai eu l’incroyable chance, il y a des jours comme ça, d’être à New York le dernier jour de l’expo Tim Burton au MoMa… Oui incroyable, car cette expo qui arrive à renfort de très beaux articles va vous télé transporter dans un univers féerique monstrueux qui vous remplira d’un « je ne sais quoi » très agréable qui ne vous quittera plus.

Oui l’univers de Tim Burton est « gothique » ; mais il est surtout poétique, plein de tendresse, de douceur… La palme du pays des monstres gentils a bien été volée à Casimir ; ça c’est une réalité.

Tim Burton a l’art et la manière de nous éveiller, nous faire rêver (et il était vraiment temps)… Il a renouvelé le genre fantastique qui somnolait depuis des années avec des réédites de personnages comme Frankenstein.

Je ne vais pas m’étendre plus longtemps ; car j’ai plus envie de vous dire « éteignez tout de suite cet ordi » et filez à la Cinémathèque de Paris !

Pour patienter :

La bande-annonce de l’expo réalisé par Tim Burton Himself 

Le site de la cinémathèque qui regorge d’infos

Deux petites photos volées au MoMa :

Et pour ceux qui ne peuvent pas venir tout de suite à Paris ; je vous conseille le livre « La Triste fin du petit Enfant Huître »  qui devrait finir de vous convaincre, que cette expo là… Même si vous détestez les musées, elle est faite pour vous !..

%d blogueurs aiment cette page :